Charles Cordier

sculpteur français

1827 - 1905

 

 

Brève biographie

Charles Cordier est né le 1er novembre 1827 à Cambrai (Nord)

Fils d'un pharmacien, après des études de dessin à l'école communale de Cambrai, il entre dans l'atelier du sculpteur Louis Victor Bougron où il apprend le modelage.

En 1846, il entre à l'Ecole des Beaux Arts de Paris qu'il quitte très vite pour l'atelier de François Rude (1784-1855), son maître.

La même année, il y fait la rencontre décisive d'un ancien esclave soudanais affranchi devenu modèle professionnel, Seïd Enkess dont il réalisa le buste en quinze jours.

Ce fut le départ de son œuvre ethnographique.

Dés 1853, Cordier entreprend des voyages en Afrique du Nord où il étudie du point de vue de l'art les différents types d'indigènes.

 Il voyage en Italie, en Algérie (1856), en Grèce (1858) dans l'archipel des Cyclades6 et en Égypte (1866 et 1868).

Reprenant une technique remontant à l'Antiquité romaine, il utilise des marbres polychromes tel que l'onyx pour habiller ses bronzes, représentatifs du style orientaliste et de l'éclectisme propre au Second Empire

 Il emploie des marbres de Paros, des onyx taillés pour draperie, des émaux sur cuivre, l'argent, l'or.

Charles Cordier est décédé à Alger le 29 avril 1905

 

Quelques œuvres

Étienne Dupérac , en pierre,  dans la Cour Napoléon du Palais du Louvre

Jean-Baptiste, en pierre, tour Saint-Jacques 4e arr.

Nègre du Soudan, bronze et marbre-onyx, au musée d'Orsay 7e arr.

Capresse, bronze et onyx, au musée d'Orsay 7e arr.

Monument à Ibrahim Pacha au Caire (Egypte).

 

accueil Paris  -  sculpteurs  -  plan du site