Les deux palais de la place de la Concorde

 

Entre 1766 et 1775 l’architecte Jacques Ange Gabriel érige sur la place de la Concorde, deux palais aux façades monumentales séparés par la rue Royale.

Dans la lignée de la colonnade de Perrault au Louvre. L'architecte du roi reprend non seulement la colonnade dressée sur un fort soubassement, mais aussi l'allure générale du bâtiment: grand entablement, pavillons d'angle, toiture en terrasse, médaillons ovales et guirlandes.

 

Hôtel de Crillon -  Hôtel Pastoret - Hôtel de Coislin l'Hôtel de la Marine

 

l'Hôtel de la Marine

 

entré de l'Hôtel Pastoret l'Hôtel de Coislin entrée de l'Hôtel Crillon

 

 l'Hôtel Crillon

fronton de l'Hôtel de la Marine

 

le salon d'honneur de l'Hôtel de la Marine

vue sur la place de la Concorde de l'Hôtel de la Marine

 

sculpture lampadaire sur la place

 

la place de la Concorde

 

Sur un rez-de-chaussée surélevé à épais refends, une colonnade monumentale ornée de chapiteaux corinthiens court sur les deux bâtiments jumeaux qui ferment de leurs 95 m le côté nord de la place.

Inspirés du Louvre de Perrault dont ils surpassent l'harmonie et le raffinement, ces palais qui comptent parmi les plus beaux exemples de l'apogée du XVIIIe siècle, sont séparés par la rue Royale conduisant à l'église de la Madeleine.

Le décor des frontons, oeuvre des sculpteurs Michel-Ange Slodtz et Guillaume II Coustou, représente des allégories de l'Agriculture, du Commerce, de la Magnificence et de la Félicité publique

Les décors intérieurs de Soufflot, l'architecte du Panthéon, sont dessinés en réaction contre le goût de la rocaille, selon le modèle italien.

 

  Hôtel est

Il était la propriété de la couronne, d'abord affecté au garde meuble, ouvert à la visite, devient le siège du ministère de la Marine en 1789 et garde de ses origines, un magnifique escalier et de superbes lambris dorés.

 

  Hôtel ouest

Il est divisé en quatre lots est vendu à charge pour les nouveaux propriétaires d'élever à l'arrière de la façade des hôtels particuliers.

A l'angle de la rue Boissy d'Anglas, s'élève , acquis en 1778 par le duc de Crillon.

Ses descendants, les Polignac, l'habitent jusqu'à l'aube du XXe siècle. Il est occupé actuellement par l’Hôtel Crillon

Au centre se trouve l’ancien hôtel Pastoret est acheté, en 1898, par l'Automobile club de France.

A droite l'hôtel Coislin mitoyen faisant angle avec la rue Royale conserve le souvenir de la duchesse de Coislin, amie de Chateaubriand.

 

    Lien internet.

l'Hôtel de la Marine le site officiel des monuments nationaux