Le Panthéon - Paris5e

La place du Panthéon  -  Le Quartier Latin

 

Louis XV décide rebâtir l'église de l'abbaye Sainte-Geneviève en 1744 au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève. Jacques Germain Soufflot est désigné comme architecte pour réalisé le Panthéon, Le roi pose de la première pierre en 1764.

Le Panthéon est construit en forme de croix grecque de 110 m de long, 80 m de largeur et 83 m de haut.

 

  Fronton de David d'Angers

 

le dôme    Le Panthéon et la rue Soufflot

 

 

 

vers l'intérieur la coupole

 

vers le Panthéon en 1900 sculptures du fronton

le lanternon

 

    suite  intérieur  -  détails extérieurs  

 

Le non de Soufflot a été donné à la rue qui relie le boulevard St Michel et le jardin du Luxembourg au Panthéon, derrière celui-ci se trouvant L'église St Etienne du Mont et le lycée Henri IV

Louis XV décide de reconstruire l'église Sainte-Geneviève qui, en ruines, est accolée à la belle église Saint-Etienne du Mont.

La première pierre est posée le 6 septembre 1764.

Grand admirateur de l'architecture gréco-romaine, Soufflot imagine un gigantesque édifice, bâti sur un plan de croix grecque

Suit au décès de Soufflot en 1780 son élève Rondelet, élève achève les travaux en 1789.

Le style architectural de l'édifice est emprunté à l'art antique que l'on redécouvre à cette époque, à l'occasion de fouilles comme celles d'Herculanum et de Pompéi en Italie.

La façade du portique est imitée du Panthéon d'Agrippa à Rome.

L'architecte déclaré vouloir" réunir la légèreté de l'architecture gothique avec la magnificence de l'architecture grecque ".

En avril 1791, la Constituante ordonne la fermeture de l'église et charge Antoine Quatremère de Quincy de modifier la structure de l'édifice, à peine achevé, pour en faire un temple destiné à recevoir" les cendres des grands hommes de l'époque de la liberté française" .

En 1806, les églises de France, fermées sous la Révolution, sont rendues au culte. Le Panthéon retrouve ainsi sa fonction et son appellation d'origine: église Sainte-Geneviève.

Dans la période qui suit, le Panthéon est alternativement laïc (sous la monarchie de Juillet, en 1830), puis religieux en 1851 (sous la présidence de Louis-Napoléon Bonaparte).

En 1871, le monument sert de quartier général aux insurgés de la Commune

En 1885 sous la IIIe République, l'édifice est définitivement transformé en monument républicain , lors des funérailles de Victor Hugo.

L'inscription en lettres d'or" Aux grands hommes la Patrie reconnaissante" date de 1837.

Des sculptures de marbre figurant le Baptême de Clovis, Attila et Sainte-Geneviève encadrent la porte centrale. Puvis de Chavanne, notamment, a réalisé au Panthéon ses plus belles fresques parmi lesquelles : La jeunesse de Sainte Geneviève et Sainte Geneviève de Paris.

La crypte s'étend sous toute la surface du Panthéon. Elle est constituée de plusieurs galeries séparées les unes des autres par des piliers doriques.

Devant l'entrée, une urne renferme depuis 1920 le cœur de Gambetta. Le tombeau de Jean Jacques Rousseau fait face à celui de Voltaire.

Dans les galeries suivantes, se trouvent les tombes de Jean Moulin, Victor Hugo, Emile Zola, Louis Braille (inventeur de l'écriture pour les aveugles) , Victor Schoelcher (à qui on doit l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises en 1848) , René Cassin, auteur de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, Jean Monnet, l'un des pères de l'Europe.

La dernière galerie contient les tombes des 41 dignitaires du premier Empire: généraux, hommes d'Etat, cardinaux, savants (comme le grand mathématicien Lagrange) et explorateurs (tel Bougainville).

Lorsqu'en 1964, les cendres de Jean Moulin y sont transférées, André Malraux fait un discours dans lequel il rappelle la barbarie de la Seconde Guerre mondiale.

En 1995, la première femme, Marie Curie, pénètre dans l'enceinte des grands hommes.

 

  Liens internet.

 

Le Panthéon Toute l'histoire du Panthéon de Paris 

 

 

accueil Paris        -    plan du site