Statues et sculptures du Palais Garnier à Paris

 

La grande façade est flanquée de deux avant-corps ornés au rez-de-chaussée de quatre groupes monumentaux en pierre : l'Harmonie par François Jouffroy, la Musique instrumentale par Eugène Guillaume, la Danse par Jean-Baptiste Carpeaux et le Drame lyrique par Jean Perraud.

 

 

buste de Charles Garnier

Apollon, Poésie, Musique (Millet)

 

statues dans Paris   

 

La Poésie ( C.A.A. Gumery)

 

 

la danse de Carpeaux

 

Détail de la Danse

 

la Musique (Eugène Guillaume)

l'Harmonie (François Jouffroy) le Drame lyrique (Jean Perraud)

 

l'Harmonie ( C.A.A. Gumery)

trident

aigle impérial

 

 

 

 

Au rez-de-chaussée, entre les arcades de la partie centrale, quatre statues allégoriques en pierre: de gauche à droite, l'Idylle, par Eugène Aizelin, la Cantate, par Henri Chapu, le Chant, par Paul Dubois et Jules Vatinelle, le Drame, par Alexandre Falguière.

Au-dessus de ces statues figurent quatre médaillons en bas-reliefs contenant des profils de musiciens, par Charles Gumery

 

Au premier étage, la grande loggia est surmontée d'œils-de-bœuf, garnis de bustes de musiciens en bronze doré, par Félix Chabaud et Victor Evrard.

 

Le fronton de l'avant-corps de gauche est sculpté d'un bas-relief, l'Architecture et l'industrie, par Jean Petit. Celui de l'avant-corps de droite symbolise la Peinture et la Sculpture, par Théodore Gruyère.

 

Sur l'attique sont placés quatre groupes de figures ailées, en pierre, par Louis Villeminot. La corniche se compose de cinquante-trois masques tragiques et comiques en bronze doré, d'après l'antique, du sculpteur Jean-Baptiste Klagmann.

 

La façade est couronnée par deux groupes monumentaux en bronze doré, à gauche, l'Harmonie; à droite la Poésie, par Charles Gumery.

 

Sur le grand pignon de la scène, se dressent trois groupes en bronze doré. Au sommet: Apollon, élevant sa lyre, avec la poésie et la musique, par Aimé Millet. De chaque côté, des Pégases, par Eugène Lequesne.

 

 

accueil l'Opéra Garnier