Les statues en marbre du parc Monceau

 

Le parc Monceau est agrémenté de statues en marbre d'écrivains et de musiciens. Il subsiste des socles de statues disparues, fondues sous l'occupation vers 1942, comme celui de la Lionne blessée (1891) de Charles Valton (1851 - 1918)

 

monument à Guy de Maupassant

monument à Édouard Pailleron

monument à Alfred de Musset

 

monument à Charles Gounod statue le Jeune Faune monument à Frédéric Chopin

 

statues de jardins  Chopin

 

monument à Ambroise Thomas

Musset

 

 

buste de Maupassant

Le Joueur de billes

buste de Gounod

 

Frédéric Chopin

Alfred de Musset et sa muse

 

accueil le Parc Monceau  

 

Monument à Guy de Maupassant par Raoul Verlet (1897), au pied du buste de l'écrivain «rêve une femme qui vient de lire un de ses romans».

Monument à Alfred de Musset en pierre, par Antonin Mercié (1906), celle-ci était auparavant devant le Théâtre Français (Comédie Française)

Monument à Chopin, par Jacques Froment-Meurice, avec les figures quelque peu éplorées de la Musique et de l'Harmonie (1906).

Buste d'Edouard Pailleron, par Léopold Bernstam (1906).

Monument à Gounod, par Antonin Mercié (1897), avec les personnages de ses opéras, Mireille, Juliette, Marguerite.

Monument à Ambroise Thomas, par Alexandre Falguière (1902); le compositeur est représenté en méditation, tandis que Mignon, l'une de ses héroïnes, lui offre des fleurs.

Le Joueur de billes, statue en pierre par Charles Lenoir (1878)

Le Jeune Faune, statue en pierre de Félix Charpentier (1886)