Les anciens abattoirs de la Villette - Paris 19e 

Constructions détruites 

 

En 1855 le Conseil municipal demande au Préfet de la Seine à transférer sous les murs de Paris les marchés aux bestiaux de Poissy et de Sceaux. En 1859 il est décidé la construction d'un marchés aux bestiaux à La Villette entre le canal de l'Ourcq, la route d'Allemagne (aujourd'hui avenue Jean Jaurès) et l'enceinte fortifiée. A l'entrée principale qui se trouvait sur la rue de Flandre ( actuelle rue Corentin Cariou ) on pouvait voir deux statues monumentales : celle d’une femme menant un bœuf, et l’autre représentant l’abattage d’un bovin par un homme. Celle-ci ont été fondues pendant l’occupation allemande. L'abattoir de Vaugirard réservé aux chevaux a été ouvert en 1904.

 

entrée principale avec les deux statues disparues

 vue panoramique des abattoirs

 

débarquement des porcs 

pesage des voitures

 

Grande halle: la place aux veaux

la criée

 

 Trains en gare de La Villette bestiaux relié à la Petite Ceinture

voiture de transport de viande

 

le marché aux bestiaux et la gare Paris Bestiaux

embarquement des bestiaux invendus

 

le parc actuel de la Villette  -  la Grande Halle de la Villette

 

En 1860, la Ville de Paris achète tous les terrains nécessaires à l'établissement d'un marché et d'abattoirs pour la somme de 8.500.000 francs.

Les travaux du Marché et des Abattoirs généraux sont exécutés sous la direction de M. Janvier architecte, d'après les avant-projets de Baltard, architecte de la Ville de Paris.

Les abattoirs et le Marché aux bestiaux entre en service en 1867  L'établissement occupe  une surface de 39 hectares qui est porté à 54 hectares plus tard.

Le 27 décembre 1949, le Conseil municipal de Paris prend la décision de reconstruire les abattoirs de La Villette en raison de la vétusté et des problèmes de conditions d'hygiène insuffisantes. Les abattoirs sont reliés à la ligne de la Petite Ceinture par un embranchement ferroviaire.

En 1955 que le Conseil municipal de Paris décide l'ouverture d'un projet de concours pour la reconstruction des abattoirs. Le projet "Sully" arrive en tête.

Début des travaux en mars 1959 sur un terrain qui se trouvait de l'autre côté du boulevard Macdonald, terrain destiné à abriter les cuirs et sous-produits d'abattoirs.

Le 19 février 1962 commence la construction du bâtiment de stabulation qui est terminée en 1967.

La construction du bâtiment d'abattage industriel commence en 1963 pour se terminer en 1969.

Très vite, on assistait à une chute spectaculaire des abattages qui allait avoir de graves conséquences sur la situation financière de la société prestataire de services.

Construction des frigorifiques de 1964 à 1968 sur une surface globale de l'ordre de 20.000 m2.

L'année 1966  marque le début des travaux de la salle des ventes, mais en 1967, tout s'arrête sur le chantier, faute de crédits.

Les travaux reprennent au cours des années suivantes pour être définitivement abandonnés en mai 1970. La Cour des comptes dénonce, dès son rapport public de 1967, le dépassement considérable des dépenses initialement prévues.

Le 14 décembre 1970, le Sénat décide la constitution d'une Commission d'enquête parlementaire sur les conditions techniques, économiques et financières de conception, construction, d'aménagement et de gestion des abattoirs et du marché d'intérêt national de Paris.

Le Sénat décide en 1971, à l'unanimité, de rendre public le rapport de sa commission d'enquête, celui-ci était accablant. L'avenir de La Villette appartient désormais au Gouvernement.

Le 23 octobre 1973, les services du Premier ministre annoncent que le Gouvernement a décidé de mettre un terme à l'ensemble des activités du marché d'intérêt national à compter du 15 mars 1974.

Les 54 hectares de La Villette sont alors presque entièrement détruits pour faire place au Parc de la Villette et de nouveaux bâtiments et de nouvelles activités

 

 

accueil Paris     -    plan du site